Dans cet article, nous vous partageons notre vision et retour d’expérience du terrain quant aux méthodes employées par les entreprises pour initier et déployer une démarche et un plans d’actions Qualité de Vie au travail.

Les entreprises qui commencent par le plan d’actions

Il y a ces entreprises qui recherchent et proposent des actions en interne, sous différentes formes :

Activités liées au bien-être psychique, physiologique, physique ; telles que des séances de sophrologie, de réflexologie, de massage en entreprise, de méditation…

Il s’agit d’initiatives qui sont parfois reçues favorablement en interne puisque génératrices de bien-être, d’enveloppement, de douceur, de retour à soi, pour les collaborateurs.

L’objectif est de parvenir au lâcher prise, à la diminution des effets négatifs du stress sur les collaborateurs. Un stress qui se manifestent lors de leurs journées de travail semées de difficultés : pression des managers, pression des chiffres, réclamation des clients, difficultés liées au process, à l’organisation interne, aux relations sociales avec les collègues et les managers….

Ces activités permettent ainsi le relâchement du corps et de l’esprit.

Parfois ces initiatives ne sont pas perçues d’un bon œil par les collaborateurs ; l’entreprise met en place des ateliers bien-être, une salle de sport ou autres initiatives sans avoir consultée ses collaborateurs sur leurs problématiques, leurs besoins, leurs attentes…

Dans ce cas de figure, un delta se creuse entre le plan d’actions déployé et les véritables attentes du terrain…

Quels sont les risques ?

Le risque principal est que le taux de participation à ces activités soit faible.

L’employeur peut ne pas comprendre que ses bonnes initiatives ne soient pas reçues favorablement par l’ensemble du personnel.

Le budget investit dans le plans d’actions n’est pas rentabilisé.

Le manque de méthode peut faire naître également un sentiment de désengagement des salariés dans l’entreprise ; cette dernière ne prenant pas le soin d’écouter leurs attentes profondes.

Les entreprises qui « font » du bien-être au travail de manière ponctuelle

Incentives internes sous forme de séminaires, autour du bien-être au travail ; journée détente, journée bien-être au travail dans l’entreprise, séminaire gestion du stress…

Ces événements et actions ponctuelles permettent de sensibiliser les collaborateurs au bien-être au travail. L’entreprise organisatrice de ces événements communique ainsi son intention de créer de la cohésion, de favoriser le bien-être dans ses équipes ; c’est une première étape.

Par ailleurs, est-ce suffisant pour que l’entreprise s’inscrive dans un véritable engagement en interne et en matière de Santé et de Qualité de Vie au Travail, faisant partie de sa stratégie globale ?

Les entreprises qui s’engagent dans une démarche de qualité de vie au travail.

Il s’agit d’entreprises qui prennent le temps de réfléchir à leurs démarches de santé / qualité de vie au travail et de les structurer.

Pour certaines entreprises déjà inscrites dans une démarche de RSE – Responsabilité Sociétale des Entreprises – la démarche Qualité de vie au Travail, est un prolongement de leur politique RSE. Il s’agit d’une démarche QVT naturelle, puisque faisant partie des valeurs, de l’ADN de l’entreprise.

Il s’agit de chefs d’entreprise désireux de mettre en place une politique et démarche de qualité de vie au travail pour les collaborateurs.

Parmi les motivations et objectifs de telles démarches, nous retrouvons les points suivants :

  • améliorer le climat social en interne,
  • valoriser et choyer le capital humain de l’entreprise
  • limiter l’absentéisme et les coûts liés à l’absentéisme,
  • développer la cohésion en interne
  • développer l’esprit d’équipe
  • limiter les risques psycho sociaux, notamment le stress
  • augmenter la productivité des salariés
  • diminuer le présentéisme
  • outiller les managers dans leurs pratiques managériales
  • favoriser le recrutement de nouveaux talents
  • limiter le turnover

Les entreprises qui pensent que cela ne les concernent pas

Parmi les arguments exposés nous retrouvons les suivants :

  • « ce n’est pas de la responsabilité de l’entreprise de s’occuper de la santé de ses salariés ».
  • « La santé et la qualité de vie au travail ne font pas partie de la vision stratégique de l’entreprise. »
  • « Ce n’est pas notre priorité »

Qu’en pensez-vous ? quelle est votre vision de la QVT, quelle est votre manière de procéder ?

Movae est à votre écoute pour vous accompagner dans une démarche de Qualité de Vie au Travail structurée, pragmatique et facile à déployer dans votre Organisation. Contactez-nous