Lors du Salon Préventica 2019, Charlotte LECOCQ, Députée – DÉPARTEMENT DU NORD, présente lors d’une interview, le projet de réforme à venir, d’ici fin 2019, au sujet de la santé au travail.

Au sein de Movae, nous avons écouté avec attention cette présentation ; la réforme de la santé au travail aura un impact direct sur les entreprises privées et publiques ainsi que sur l’ensemble des acteurs du secteur de la santé au travail.

Nous vous proposons une synthèse des points à retenir de l’interview de Charlotte LECOCQ :

Une réforme qui est en train de se préparer pour faire en sorte que l’on puisse travailler tout au long de sa vie en bonne santé. La bonne santé est relative à la bonne santé physique et à la bonne santé mentale.

Le travail est l’élément fondamental du projet d’émancipation sociale :

  • qu’il y ait du travail
  • que chacun.e puisse accéder à un travail
  • que chacun.e puisse conserver son travail, en bonne santé

Pour parvenir à cet objectif, Madame la Députée précise qu’il y a trois grands défis :

1- Le maintien dans l’emploi en lien avec le vieillissement de la population : prévenir les risques d’usure professionnelle et de désinsertion professionnelle qui peuvent subvenir dans la vie

2- Prévenir les risques psychosociaux et trouver de la qualité de vie dans son travail. Les RPS sont forts et en pleine croissance. Ils sont issus des situations de travail. Pour prévenir ces RPS, il s’agit d’aller interroger ces situations de travail, la façon dont on travaille. Il est important que les professionnels aient des marges de manœuvre quant aux réalités dans lesquels ils travaillent. Re-trouver du sens dans le travail. Les nouvelles générations sont particulièrement avides de ce sens dans le travail, des valeurs véhiculées.

3- S’adapter en permanence au changement : garantir la santé des salariés dans des contextes de changement qui vont être forts ; digital, intelligence artificielle, qui vont modifier les façons de travailler et le rapport au travail.

La volonté avancée est de développer une force de frappe en matière de prévention. Aider les entreprises de façon efficace et pragmatique.

Pour déployer cette force de frappe, la réforme prévoit de développer les synergies entre les acteurs. D’où le projet d’aller vers « un guichet unique de santé au travail », dans lequel « les expertises et les compétences en matière de santé au travail, dans le champ de la prévention » seraient regroupées. Il s’agit bien d’accompagner les entreprises, les salariés dans la mise en place des démarches de prévention, dans une logique d’amélioration continue.

Focus sur les TPE / PME qui ont du mal à être accompagnées. Il faut être pragmatique et simplifier les choses. Le document unique est évoqué comme étant un outil dont les entreprises ont du mal à s’approprier comme outil de prévention et de pilotage de la démarche.

Charlotte LECOCQ évoque au sujet du document unique, le projet d’aller vers un outil plus simple de plan de prévention dans lequel les branches professionnelles viendraient ailler et où les acteurs de la prévention de la santé au travail auraient un rôle d’ajustement et d’appropriation de bonnes pratiques sur cette base là.

Madame la députée précise que c’est de cette façon, que l’on emmènera les entreprises à être plus pro-actives sur les sujets de santé et de qualité de vie au travail.

La culture santé au travail doit être prégnante dans la stratégie des entreprises. Que les politiques soutiennent ces démarches. Que les managers soient formés sur l’identification des risques professionnels et sur la construction des situations de travail en intégrant ces enjeux de santé au travail.

L’enjeu est le décloisonnement des acteurs de la prévention en matière de santé au travail. Qu’ils travaillent ensemble. Il s’agit de décloisonner la médecine de vie et la médecine du travail. Que les médecins du travail puissent avoir accès au DMP (Dossier Médical Partagé), de façon cadré avec l’accord du salarié : informations nécessaires aux médecins du travail.

Les partenaires sociaux ont jusqu’à mi-juin pour rendre leur avis sur le dossier.

Le délai annoncé pour cette réforme est le deuxième semestre 2019 ; suite à venir donc, d’ici fin 2019.

La prévention de la santé au travail comme levier de performance des entreprises françaises.

Charlotte LECOCQ – Députée – Département Nord.

Nous conclurons cette synthèse par le mot de clôture de cette interview : « que les entreprises françaises soient leaders en matière de prévention en Europe et pourquoi pas dans le Monde. »

Vous avez un projet en santé au travail, au sein de votre entreprise ? Contactez Movae et l’équipe vous rappellera dans les meilleurs délais.

#reforme#sante#travail#enjeux#defis#levier#performance#entreprises